Affiche du film Croix de fer
Affiche du film Croix de fer

Croix de fer

1978 135 minutes Couleur 23 septembre 2015
Tous publics

Un film de Sam Peckinpah

En 1943, l'armée allemande, démoralisée, perd de sa superbe sur le front russe. Le colonel Brandt reçoit un nouveau chef de bataillon, le capitaine Stransky, un aristocrate prussien, orgueilleux et opportuniste. Celui-ci s'est engagé dans le seul but de décrocher la Croix de fer. L'ambition de Stransky se heurte rapidement à la rigueur du sergent Steiner, un sous-officier très estimé de ses hommes. De retour d'une bataille, Stransky rédige un rapport fallacieux, tout à son honneur, que Steiner refuse de contresigner. Steiner repart en première ligne. Stransky omet de lui faire parvenir l'ordre de repli du colonel Brandt. Steiner et ses hommes se retrouvent cernés par l'ennemi...

En 1943, l'armée allemande, démoralisée, perd de sa superbe sur le front russe. Le colonel Brandt reçoit un nouveau chef de bataillon, le capitaine Stransky, un aristocrate prussien, orgueilleux et opportuniste. Celui-ci s'est engagé dans le seul but de décrocher la Croix de fer. L'ambition de Stransky se heurte rapidement à la rigueur du sergent Steiner, un sous-officier très estimé de ses hommes. De retour d'une bataille, Stransky rédige un rapport fallacieux, tout à son honneur, que Steiner refuse de contresigner. Steiner repart en première ligne. Stransky omet de lui faire parvenir l'ordre de repli du colonel Brandt. Steiner et ses hommes se retrouvent cernés par l'ennemi...

Autour du film

Le critique cinéma de Chacun Cherche Son Film, Mad Will s’est donné une mission : vous parler d’un film en moins de 3 minutes Il revient ici sur Croix de fer de Sam Peckinpah. Le réalisateur américain signe ici un chef-d’oeuvre unique, d’une noirceur inégalée qui nous montre que la guerre n’est qu’une belle saloperie. On se souvient avec horreur de cette scène de l’hôpital où un haut dignitaire tend la main à un soldat estropié, qui lui présentera alors son pied pour lui rendre son salut, ses bras se limitant à deux moignons. Le choix de se focaliser sur un soldat allemand est une excellente idée. En effet, peu importe l’uniforme que l’on porte, la guerre est une connerie qui déshumanise l'homme !

Réalisateur
Distribution
Nationalité

Casting

Photo de James Coburn
Photo de Maximilian Schell
Photo de James Mason
Photo de David Warner
Photo de Roger Fritz
Photo de Fred Stillkrauth
Photo de Igor Galo

Générique

Photos

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter