Pas de printemps pour Marnie

Marnie

|
1964
|
130 minutes
|
Couleur
Affiche du film Pas de printemps pour Marnie Sans bien savoir pourquoi, Marnie ne peut s'empêcher de voler. Sa technique est très éprouvée. Elle change sans cesse d'emploi, modifiant à chaque fois son nom et son aspect physique, avant de piller les coffres-forts de ses patrons successifs et de disparaître dans la nature. Elle se présente donc comme aide-comptable chez Mark Rutland. Celui-ci reconnaît en elle la jeune femme qui a récemment dévalisé l'un de ses clients. Intrigué et charmé, il l'engage en connaissance de cause, s'éprend d'elle et la démasque alors qu'elle vient de vider le tiroir-caisse de son établissement. Il ne tarde pas à l'épouser et prend peu à peu conscience de l'étendue de sa névrose...

Casting

Rôle : Marnie Edgar
Rôle : Mark Rutland
Rôle : Lil Mainwaring
 

Date de ressortie

22/01/2020

Genre

Nationalité

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Un riche dirigeant d’entreprise (Sean Connery) reconnaît une voleuse en série (Tippi Hedren) dans la personne qui vient solliciter une embauche comme secrétaire comptable. Il se met en tête de l’étudier. Il l’embauche et cherche à la séduire de gré ou de force. Loin de vouloir la confondre pour la livrer à la police, ce friand lecteur de Freud voit dans la criminelle la petite fille traumatisée que la cure psychanalytique pourra soigner.

A l’instar de son personnage s’intéressant par curiosité scientifique à la psychologie des criminelles, Hitchcock signe avec Pas de printemps pour Marnie le pendant féminin de Vertigo, décortiquant un cas psychiatrique dont il ne nous révèle les tenants et les aboutissants qu’à la fin. A mesure que l’on suit les péripéties de la mystérieuse jolie blonde éternelle célibataire, le maître du suspense distille des indices. Ceux-ci se révèlent être des pièces de puzzle qui une fois rassemblées permettront au psychanalyste en herbe de recomposer le traumatisme sur lequel sa personnalité s’est construite. C’est ainsi vers un psychodrame brillamment orchestré que converge le film qui est aussi une très romanesque histoire d’amour. Car c’est bien parce qu’il a su voir l’enfant blessée au-delà des apparences de la femme frigide que le héros cherche à délivrer plutôt qu’à livrer la délinquante qu’il a démasquée. Dans les symptômes de Marnie, on retrouve d’ailleurs le thème cher à Hitchcock du faux coupable. Si la jeune femme s’enfuit toujours plutôt que de se laisser aimer, c’est qu’elle est convaincue d’être coupable et malsaine, sans savoir pourquoi. Le découvrir est ce qui réussit à nous tenir en haleine tout au long de Pas de printemps pour Marnie, avec lequel Hitchcock signe une variation aussi malicieuse qu’émouvante.

F.L.

Publié le 28/06/2017
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.