Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicités : nous respectons cela. Mais parce que notre site a besoin de vivre, nous vous invitons à nous faire un don.
Merci d'avance ! L'équipe de Chacun Cherche Son Film.

Fight Club

Fight Club

|
1999
|
135 minutes
|
Couleur
Affiche du film Fight Club Malgré sa situation professionnelle très enviable, Jack, est à bout de nerfs. Il retrouve un équilibre relatif en compagnie de Marla, rencontrée dans un groupe d'entraide. Il y fait aussi la connaissance de Tyler Durden, personnage enthousiaste et charismatique. Ensemble, ils fondent le Fight Club, où ils organisent des combats clandestins et violents, destinés à évacuer l'ordre établi. Le club connaît un succès grandissant, et Tyler lève une armée en enrôlant les adhérents, afin de renverser le régime capitaliste. Pendant ce temps, Jack multiplie les accès de violence, et son comportement devient de plus en plus étrange. Un jour, Tyler disparaît...

Casting

Rôle : Tyler Durden
 

Réalisateur

Date de ressortie

15/05/2019

Genre

Nationalité

Distribution

Classification

-16 ans

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Emotionnellement vidé par sa vie de travailleur-consommateur, Cornélius (Edward Norton) ne se sent vivant que lorsqu’il participe à des groupes de soutien pour cancéreux. Il perd ce bénéfice le jour où il est démasqué par une femme qui pratique la même imposture que lui, Marla (Helena Bonham Carter). L’image que lui renvoie ce miroir de lui-même lui fait l’effet d’une révélation. Il décide de changer radicalement de vie pour ressembler toujours davantage à un double plus valorisant, l’hyper-viril et affranchi Tyler Durden (Brad Pitt).

   Lors de sa première sortie, en 1999, Fight club a soulevé davantage de controverses qu’il n’a reçu d’éloges critiques. Apologie ou satire du fascisme ? Interprétable de diverses façons selon le degré auquel on le considère, le principal mérite du film réside justement dans son ambiguïté, source de la richesse des débats qu’il est en mesure de susciter. Selon que l’on adhère ou non à son diagnostic nihiliste (condamné à tomber du Charybde de l’aliénation économique dans le Scylla de l’aliénation mentale, l’homme moderne n’a accès à aucune échappatoire), Fight club peut facilement susciter des réactions extrêmes de fascination ou de rejet idéologique. Néanmoins, l’intérêt du film réside peut-être moins dans son humour souvent trop facile ou dans sa critique (pseudo-)subversive de notre société de consommation que dans le miroir qu’il nous tend à un niveau plus personnel. En effet, le personnage de Tyler, pur fantasme de toute-puissance, met en garde contre l’image de soi idéale que peut facilement créer l’homme frustré par la médiocrité de sa vie réelle.

F.L.

Publié le 26/07/2017
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.