White God

Fehér isten

|
0
|
119 minutes
|
Couleur
Affiche du film White God En Hongrie, le gouvernement, qui veut favoriser les chiens de race, impose une taxe aux propriétaires de bâtards. C'est le cas de Hagen, le chien de Lili, 13 ans. Au grand désespoir de l'adolescente, son père décide d'abandonner le chien au bord de la route. Hagen erre un moment en périphérie de la ville avant de rejoindre d'autres chiens errants. Pendant ce temps, Lili décide de retrouver son chien, coûte que coûte...

Casting

Rôle : Lili
Rôle : Dániel
Rôle : Elza
 

Date de sortie

03/12/2014

Genre

Nationalité

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Alors qu’une loi impose aux possesseurs de chiens bâtards de les déclarer et de payer une taxe, la majorité des habitants décident d’abandonner leurs animaux. Lili, une jeune fille se voit contrainte par son père d’abandonner Hagen, un croisé. Commence alors pour ce dernier un véritable chemin de croix, perdu dans un monde gangréné par la folie des hommes.

 

Le réalisateur raconte que l’idée du scénario est arrivée lorsqu’il s’est retrouvé face à un chien dans une cage. De cette situation hautement symbolique quant à la place que s’octroie l’homme, le réalisateur Hongrois en a tiré une parabole pour parler des exclus et des minorités. White God est donc à prendre comme une allégorie, l’éventualité d’une tragédie annoncée si l’homme ne retrouve pas un peu de bonté.

Voilà en substance le propos du film, plutôt simpliste, mais très efficace puisque sa démarche jusqu’au-boutiste est justement son point fort. Et même s’il n’échappe pas à certains écueils démonstratifs et à une utilisation du genre un peu basique, même s’il est beaucoup moins marquant qu’un Mother, avec qui il partage pourtant un certain manichéisme radical comme vecteur du message, le film réussit parfaitement à toucher au but.

Tout juste abandonné de force, Hagen va connaître un parcours des plus terribles jalonné par des hommes à la bassesse la plus crasse. Constamment en danger, le croisé labrador tente de survivre avec ses compagnons de fortune tandis que la fourrière sévit et rafle à tout va. Le film adopte donc majoritairement le point de vue de Hagen et place ouvertement l’humanité du côté des chiens, beaucoup plus humains que ses « maîtres », les « Dieux » du titre. La logique scénaristique est poussée jusqu’au bout puisqu’aucun personnage positif n’est dessiné chez les hommes, à l’exception de Lili, une gamine un peu paumée en conflit avec l’autorité.

Avec un anthropomorphisme saisissant et dérangeant parfois, Kornél Mundruczó livre une fable efficace et très bien mise en scène mais qui n’échappe pas à certaines lourdeurs. Pourtant, la "sur-dramatisation" de certains passages qui parlent pourtant d’eux-mêmes n’empêche pas le film d’offrir de très belles séquences (l’ouverture et la fin notamment), des beaux tableaux qui saisissent le spectateur et interrogent sur l’avenir de l’homme.

Vénérable Wade

Publié le 10/11/2017
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.