Okko et les fantômes

Waka Okami wa Shogakusei !

|
95 minutes
|
Couleur
Affiche du film Okko et les fantômes Après avoir perdu ses parents dans un accident de voiture, Okko part vivre à la campagne chez sa grand-mère, tenancière d'une auberge japonaise traditionnelle. Pour lui faire plaisir, Okko accepte de devenir son assistante. Ainsi, elle apprend à servir le thé, à s'agenouiller pour accueillir les gens, à enfiler son kimono... Entre l’école et son travail, elle est visitée par le fantôme Uri-Bo qu'elle a vu lorsqu'elle a failli mourir lors de l'accident. Celui-ci n'est autre que le fantôme d'un petit garçon qui a vécu ici autrefois. Okko rencontre d'autres spectres qui habitent l'hôtel. A leur contact, elle apprend peu à peu à surmonter sa tristesse...

Réalisateur

Date de sortie

12/09/2018

Nationalité

Japon

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Par sa représentation de la nature comme un personnage à part entière, d’abord effroyable puis salvatrice, et son univers onirique, Okko est les fantômes s’inscrit facilement dans la lignée des studios Ghibli dont Kitaro Kosaka est un ancien collaborateur. Néanmoins le réalisateur a su apporter sa propre touche originale  pour créer le monde de son premier long métrage d’animation et faire de son film une réussite.

Après le décès de ses parents dans un accident de voiture dont elle est la seule rescapée, Seki Oriko dite « Okko » est recueillie par sa grand-mère. La vieille dame est aubergiste, tenancière d’un fameux établissement au milieu d’une source thermale.

Pas facile pour la petite orpheline de s’adapter à ce nouvel environnement rural peuplé de effrayantes araignées et de lézards peu farouches. Mais c’est sans compter sur l’aide d’Uribo, l’intrépide fantôme qui occupe les lieux. Parce qu’elle a frôlé la mort il y’a peu, Okko est la seule à pouvoir le voir et lui parler. Très vite, l’esprit et la bien vivante sympathisent, et sur les conseils d’Uribo, Okko devient apprentie aubergiste. Rigolote et bonne pâtissière la fillette se retrouve coqueluche des lieux, et dans son investissement au travail, elle trouve le remède à son deuil.

C’est à travers chaque rencontre, à l’école ou à l’auberge, qu’Okko en apprend davantage sur la vie. Par des plaisirs simples, se faire offrir des beaux vêtements, manger un bon gâteau… et par d’autres plus complexes : échanger sur la mort avec un autre petit garçon en deuil, accepter que ses parents soient partis, pardonner à ceux qui sont fautifs.

Adapté d’un livre à succès revisité à la sauce kawaii, Okko et les fantômes porte sur la jeunesse intrépide un regard émouvant qui vient contrebalancer la tradition japonaise, représentée dans tout ce qu’elle a de pudique et respectueux.

Petits et grands sauront apprécier cette sympathique escapade au cœur de l’univers poétique et farfelu de de Kitaro Kosaka.

Publié le 11/09/2018

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.