I feel good

106 minutes
|
Couleur
Affiche du film I feel good Monique, qui dirige une communauté Emmaüs, a le coeur sur la main et le sens du partage. Tout l'opposé de son frère Jacques, qui veut faire fortune mais enchaîne les échecs. Après une énième déconvenue, sans un sou, habillé en peignoir et après être parti sans payer d'un hôtel, il retrouve Monique. Sa soeur, qui ne sait pas quoi faire de lui, lui demande de travailler s'il veut rester au sein de la communauté. Jacques, qui a une vision très manichéenne et capitalistique du monde, est insupportable. Pas question pour lui d'être un «loser» : il veut trouver l'idée qui fera de lui un homme riche et lui permettra de construire sa tour comme Donald Trump. En attendant, il dévore le livre du richissime Bill Gates...

Date de sortie

26/09/2018

Genre

Nationalité

France

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Nouveau film du duo Gustave Kerven et Benoît Delépine, I feel good nous entraine dans une communauté Emmaüs du sud de la France.

            Jacques, joué par un Jean Dujardin en grande forme, cherche à faire de l’argent là où on le trouve, à savoir chez les pauvres. Le Jesse James de Lucky Luke ne l’aurait d’ailleurs pas contredit sur le fait que, pour les rapaces, plusieurs pauvres réunis font un riche.  On comprend qu’avec une arithmétique de ce genre son entreprise sera vouée à l’échec, c’est d’ailleurs tout le bien qu’on lui souhaite, tant le personnage est peu sympathique, suffisant et arrogant.  En effet, les réalisateurs s'amusent ici à se moquer de ce que pourrait être le pur produit de la start-up nation promue par notre dirigeant.

            Pourtant, et c’est là que l’on reconnaît tout l’art des réalisateurs, le film est toujours drôle, jamais amer, et humaniste jusqu’au bout. Yolande Moreau est une fois encore admirable, campant le personnage de Monique, sœur de Jacques et directrice du centre, en permanence le cœur sur la main, s’occupant de tout et toujours prête à rendre service.

            Mais surtout les vrais personnages du film sont les travailleurs de la communauté qui eux sont tout l’inverse de caricatures. Le film nous en offre des portraits touchants qui donnent au film toute leur beauté et qui, à travers elle, forgent précisément la réussite d’I feel good.

Drôle et humaniste, I feel good est la comédie de la rentrée.

L.S.

Publié le 27/08/2018

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.