Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicités : nous respectons cela. Mais parce que notre site a besoin de vivre, nous vous invitons à nous faire un don.
Merci d'avance ! L'équipe de Chacun Cherche Son Film.

Permanent Vacation

Permanent Vacation

|
1980
|
75 minutes
|
Couleur
Affiche du film Permanent Vacation Le jeune Allie déambule dans les grandes avenues de New York. Sans toit, sans travail et sans attaches, il alterne les brèves rencontres avec les longs moments de solitude. L'envers de la ville se dévoile peu à peu à lui. Sa mère hospitalisée, une amie dans un appartement nu, un ancien combattant dans les ruines de son quartier, les confessions d'un Noir devant un cinéma, la prestation d'un saxophoniste au milieu de détritus : autant de rencontres incongrues, soit deux jours et demi dans la capitale sinistrée du monde moderne, en compagnie de marginaux venus d'horizons divers mais qui ont tous en commun de chercher un sens à leur vie...

Casting

Rôle : Allie
Rôle : Leila
Rôle : le saxophoniste
 

Réalisateur

Date de ressortie

03/07/2019

Nationalité

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Permanent vacation est le premier long métrage réalisé par Jim Jarmusch. Il s’agit d’un film de fin d’études qui développe déjà les thèmes qui deviendront récurrents dans sa filmographie. Pour la petite histoire sa compagne Sara Driver (réalisatrice de Basquiat, un adolescent à New-York) est à la production et joue le petit rôle de la nurse.

Le personnage principal, Aloysius Parker, construit sous le double signe de la poésie et de la musique (Aloysius comme Aloysius Bertrand, qui a inspiré à Baudelaire la forme de ses petits poèmes en prose, et Parker, le musicien de jazz Charlie Parker), que l’on surnomme Allie, vit d’expédients. Il est en constante agitation, ne dort pas, rencontre d’autres personnes, marginales, originales, folles. On le découvre lisant, sans la finir, la poésie de Lautréamont, s’arrêtant au seuil d’une salle de cinéma, écoutant le début d’un morceau de musique, bref, il ne tient pas en place. Pourtant le rythme du film est assez lent. Grâce à des plans s’étirant volontiers, Jarmusch privilégie dans ce film le mouvement à la coupe. Mouvement permanent dans la forme comme pour Allie, qui, ne pouvant rester en place, décide d’aller à Paris. Au moment de quitter New York, il croise sur le pont d’embarquement un parisien qui rêve de La Grande Pomme. La ville de l’autre sera donc pour chacun la possibilité d’une nouvelle vie.

Si les réalisations suivantes de Jarmusch sont de vrais chefs-d’œuvre, Permanent Vacation offre au spectateur ce qui sera la colonne vertébrale des réalisations à venir : des mondes décalés, peuplés de personnages qui se cherchent, le tout porté par une musique originale très travaillée (Jarmush signe d’ailleurs lui-même la BO de Permanent vacation) et un style arty minimaliste, singulier, mélancolique et contemplatif.

Un film à ne pas manquer en salles pour tous ceux qui veulent découvrir ou en savoir plus sur le monde de Jim Jarmusch.

L.S.

Publié le 01/07/2019
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.