Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicités : nous respectons cela. Mais parce que notre site a besoin de vivre, nous vous invitons à nous faire un don.
Merci d'avance ! L'équipe de Chacun Cherche Son Film.

Priscilla, folle du désert

The Adventures of Priscilla, Queen of the Desert

|
1994
|
104 minutes
|
Couleur
Affiche du film Priscilla, folle du désert Felicia et Mitzi, deux travestis australiens, et Bernadette, une transexuelle, doivent se produire à Alice Springs. Entre eux et l'hôtel où ils sont attendus s'étend le désert, immense et aride. Les trois amis ne se laissent pas décourager. Ils achètent un bus, qu'ils baptisent Priscilla, et foncent à tombeau ouvert sur les pistes poussiéreuses. Toutes sortes de rencontres émaillent leur périple. Tantôt ce sont de sympathiques aborigènes, nullement gênés par la situation, tantôt des Blancs, à l'ouverture d'esprit beaucoup plus limitée. Le trio arrive enfin à destination. La directrice de l'hôtel n'est autre que l'ancienne et dynamique épouse de Mitzi...

Casting

Rôle : Tick/Mitzi
Rôle : Adam/Felicia
 

Réalisateur

Date de ressortie

08/05/2019

Genre

Nationalité

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

C’est avec plaisir que nous retrouvons sur grand écran ce road movie en autocar rose habité par deux garçons homosexuels et une transexuelle  (jouée par Terence Stamp) dans le désert australien.

Ce film narre les nombreuses péripéties que traversent ces trois personnages, confrontés le plus souvent au rejet plus ou moins violent des habitants des lieux de peuplement dans lesquels l’autobus fait étape. Mais pas que… Nous partageons aussi des moments de bonheur, de musique, de fête et de vraies surprises scénaristiques que nous vous laissons découvrir.

Loin d’être caricatural, le film nous livre au contraire des moments de pure humanité traitant essentiellement du respect de l’individu et des choix qu’il fait dans son aspiration à une vie meilleure. Le chatoiement des bijoux, les tissus aux couleurs éclatantes, la lumière du film toujours très travaillée que ce soit de jour ou de nuit témoignent du travail d’orfèvre du chef opérateur et donne au film un visuel de grande qualité.

Ce film qui n’a pas pris une ride reste un plaidoyer pour la tolérance et la fantaisie. Ce dont nous avons plus que jamais grand besoin.

L.S

Publié le 03/03/2017
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.