Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary

2020
|
84 minutes
|
Couleur
Affiche du film Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary En 1863, Martha Jane, sa petite soeur et son petit frère encore bébé font route, dans un convoi, avec leur père vers l'Oregon. Tombé du chariot, celui-ci se blesse aux côtes et à la jambe. Malgré la désapprobation d'Abraham, le chef de convoi, Martha Jane veut alors apprendre à conduire le chariot familial. Elle va mettre un pantalon et se couper les cheveux. Faussement accusée de vol, elle doit fuir. Elle rencontre sur sa route un jeune esclave et fait route avec lui. Celui-lui pense qu'elle est un garçon. Ensemble, ils vivent de folles aventures. Sous le nom de Calamity Jane et habillée en fille va travailler pour une femme étonnante...
 

Réalisateur

Date de sortie

14/10/2020

Nationalité

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

C’est par la lecture de l’album Calamity Jane des aventures de Lucky Luke par Morris et Goscinny publié en 1967 que j’ai découvert le personnage de Calamity Jane. Les équipées de cette aventurière de l’Ouest y sont contées avec beaucoup d’humour et Goscinny campe un personnage qui n’est pas plus éloigné du personnage réel que les biographies publiées à l’époque, y compris l’autobiographie « officielle » distribuée lors de spectacles auxquels se prêtait notre héroïne et que beaucoup considèrent comme hautement fantaisiste.

Il est donc plus qu’ardu de déceler le vrai du faux dans tout ce qui a été écrit sur ce personnage haut en couleur, et Rémi Chayé, le réalisateur de Calamity une enfance de Martha Jane Cannary, accompagné des co-scénaristes Sandra Tosello et Fabrice de Costil n’a pas non plus recherché à tout prix une quelconque vérité historique, même s’il reprend plusieurs épisodes des mémoires de Calamity. Il s’est ici plutôt concentré à rendre une ambiance, celle qui régnait chez des immigrés partis en caravane en quête de terres à l’ouest des Etats-Unis. Ceux-ci, tout en maintenant la cohésion au sein du groupe, affrontaient régulièrement  les dangers liés aux grands espaces.

Calamity est une jeune orpheline de 11 ans, aînée d’une fratrie nombreuse, mutine et à la langue bien pendue, que les auteurs ont su rendre attachante. Sous les traits des dessinateurs, cette pré-adolescente n’a pas froid aux yeux. Elle n’hésite pas à braver tous les interdits et à partir seule et loin de la caravane. C’est surtout une figure féministe qui revendique sa liberté et qui refuse de se laisser emprisonner dans le rôle que voudraient lui assigner les pionniers.

Le choix graphique de personnages sans contour permet aux protagonistes de mieux se fondre dans les décors lumineux aux couleurs vives, mis en œuvre par le directeur de la couleur Patrice Suau, qui feront le régal des yeux du jeune public auquel le film est clairement adressé. En effet les sorties de la jeune Jane Cannary sont finalement assez sages face à des méchants pas si dangereux qui finiront par s’amender afin de finir l’histoire en happy end, faisant de l’ensemble un fort beau récit d’apprentissage.

Enfin, il faut souligner les musiques de la compositrice Florencia di Concilio qui a élaboré une magnifique bande originale.

Un film agréable à regarder en famille, parfaite sortie en ces temps de vacances scolaires.

Laurent Schérer

Publié le 08/10/2020
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.