The Bride With White Hair

Bak fat moh lui zyun

|
1993
|
90 minutes
|
Couleur
Affiche du film The Bride With White Hair Yat-Hang, le futur chef du clan Wu-Tang, est déçu par les nouvelles alliances entre clans et la disparition des valeurs du Wu-Tang. Considéré comme un rebelle par ses pairs, il tente de perpétuer la tradition et l'esprit des anciens alors que les temps changent. Certains considèrent que Yat-Hang représente l'espoir du clan, véhiculant des valeurs de justice et d'honnêteté, tandis que d'autres ne jurent que par la violence et le pouvoir. Au cours d'un combat, le jeune homme tombe amoureux de Lien, une tueuse ennemie tout aussi révoltée que lui. Leur amour provoque la colère de leur hiérarchie. Les deux amants, bientôt considérés comme des hors-la-loi, sont poursuivis par leurs camps respectifs...

Casting

Rôle : Cho Yat-Hang
Rôle : Lien Ni-Chang
Rôle : Ho Lu Hua
 

Réalisateur

Date de sortie

25/12/2019

Nationalité

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Présenté en séance culte à la dernière édition du Paris International Fantastic Film Festival, The bride with white hair, (1993) est considéré par beaucoup comme la meilleure réalisation du cinéaste Ronny Yu. Ce long-métrage met en scène l’icône du cinéma  hongkongais et taiwanais Brigitte Lin dans le rôle de Lian Nichang et le populaire Leslie Cheung dans le rôle de Zhuo Yihang.

Inspiré directement de l’histoire de Roméo et Juliette, The bride with white hair met en avant deux héros élevés par des factions ennemies, les Wu-Tang pour  Zhuo Yihang et les adorateurs du « culte suprême » dirigé par un frère et une sœur siamoise pour Lian Nichang. Notre couple va subir les foudres de leurs chefs respectifs qui les empêcheront de mener la vie amoureuse dont ils rêvaient. Et ce d’autant plus que Zhuo Yihang de son côté est destiné à devenir le chef des Wu-Tang et que le frère siamois chef du culte suprême est amoureux de Lian Nichang, sa meilleure combattante.

Ce scénario connu et minimaliste (amour et trahison) ne suffit cependant pas à porter le film même si l’on note un personnage de méchant original par l’intermédiaire d’une entité géminée. Il faudra donc pour le spectateur exigeant s’attacher au magnifique spectacle constitué par les costumes somptueux et les chorégraphies soignées qui habillent et habitent The bride with white hair. Plus qu’un film, cette œuvre est un opéra somptueux qui nous propose une relecture  d’un Roméo et Juliette empli de passion, de bruit et de fureur.

Cela suffit amplement à justifier son visionnage, et pourtant l’essentiel n’est pas là. L’intérêt du film  tient surtout dans l’exposition de la passion exaltée et absolue de Lian Nichang, prête à braver tous les interdits et toutes les épreuves pour retrouver son amour. Dans ce film sensuel, cette soif d’amour se voit contrariée par l’extrême jalousie du frère, chef du culte suprême lui aussi capable de tout pour empêcher la réunion des deux amants. L’exacerbation des sentiments est exposée d’une façon magistrale par un cinéaste qui maintient la tension durant tout le film. Il est alors impossible de rester indifférent devant la sublime beauté des passions ainsi exposées et magnifiquement rendues par les acteurs principaux.

Si vous souhaitez en prendre plein les yeux ou que vous êtes fan de Wu Xia Pian (film de héros martial), nous vous invitons à vous rendre en salle découvrir The bride with white hair dans une superbe version restaurée.

L.S.

Publié le 20/12/2019
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.