Les Enfants du temps

Tenki no ko

|
2019
|
113 minutes
|
Couleur
Affiche du film Les Enfants du temps Le jeune lycéen Hodaka Morishima quitte son île isolée pour s'installer à Tokyo, mais il est rapidement à court d'argent. Il trouve finalement un travail en tant que rédacteur pour un étrange magazine dédié au paranormal. Hodaka, qui commence son nouveau travail, s'étonne que la pluie ne cesse de tomber. Son rédacteur en chef pense que ce phénomème est l'oeuvre d'une prêtresse du temps et lui demande d'enquêter. Un jour, Hodaka rencontre une jeune fille prénommée Hina Amano. Hina, enjoué et vivant heureuse avec son jeune frère, est dotée d'un incroyable pouvoir magique : celui d'arrêter la pluie et de dégager le ciel. Une romance commence entre elle et Hodaka...
 

Réalisateur

Date de sortie

08/01/2020

Nationalité

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Même cette œuvre n’est pas aussi définitive que l’était Your name, nous vous recommandons néanmoins de découvrir le magnifique Les enfants du temps.

Une fois encore, Makoto Shinkai y traite avec beaucoup de pudeur et de poésie de l’adolescence. Alors que Your Name relatait les émois d’adolescents à travers la prise de conscience de propre corps et des relations qu’ils tissent entre eux, Les enfants du temps met en avant de jeunes gens confrontés trop tôt au monde des adultes.

Le film suit ainsi Hodaka, qui a fui son île natale et sa famille. Il se retrouve dans Tokyo, sans travail ni argent. Désabusé, sans toit pour dormir, il ne cesse de fuir pour éviter le regard suspicieux des adultes et de la police. Il finit alors par rencontrer un certain Keisuke Suga, le rédacteur en chef alcoolique d’un journal à sensation sur les effets paranormaux qui commence à exploiter le garçon pour son canard. Alors que le Japon est exposé à de constantes pluies, il est chargé d’enquêter sur Hina, une orpheline de « bientôt 18 ans » considérée une « fille-soleil », car elle la capacité de faire apparaître l’astre solaire et mettre fin aux précipitions. Mais ce don a un prix et la jeune fille flirte de plus en plus avec la mort à chaque utilisation de son pouvoir. Pourtant, afin de s’assurer d’un revenu et offrir un foyer à son petit frère qu’elle a pris en charge, elle va avec l’aide d’Hodaka moyenner sa capacité à diriger le temps.

On ne dira jamais assez à quel point Makoto Shinkai est un maitre de l’animation dont les longs-métrages sont des œuvres d’arts grâce à leurs décors époustouflants. En progression constante dans sa maitrise technique des rendus, des lumières et devant une telle profusion de détails, on se demande où cet artiste génial s’arrêtera. Rien que la vision de la ville de Tokyo noyée sous le déluge vaut le prix de son ticket de cinéma.

Quant aux thématiques développés par le réalisateur, elles sont riches et finalement nombreuses. En effet, réduire le film à la thématique écologiste des méfaits du réchauffement climatique serait à mes yeux une erreur. La pluie qui tombe en permanence serait plutôt à comprendre comme une métaphore d’un monde pourri. Ce n’est pas seulement le climat qui est déréglé dans le monde que les adultes lèguent à leurs descendants.  C’est un monde cruel où l’argent est roi et où ceux qui n’en n’ont pas ou peu sont rejetés. Un monde où il faut suivre la norme ou … disparaître.

Peintre du monde adolescent, il traite avec une grande délicatesse de la naissance du sentiment amoureux à travers la relation entre Hina et Hodaka. Mais surtout la grande force de son film est de s’éloigner des habituelles interrogations du film d’apprentissage classique vu dans nombres de mangas ou films américains. Ici Makoto Shinkai ne s’interroge pas sur « comment sauver le monde », mais nous demande avant tout « pourquoi nous devrions sauver ce monde ? » Fini les ados rebelles qui sont le dernier rempart contre l’extinction de l’humanité ! Fini le sacrifice du jeune héros au profit de l’intérêt général ! Après tout, si les adultes ont érigé un monde où leurs rejetons sont dressés puis sacrifiés au non d’un soi-disant système, pourquoi ceux-ci devraient donner leur vie pour sauver ce monde ?  Le film nous montre ainsi des adolescents qui se rebellent contre les adultes, fuient devant les autorités, et utilisent des armes à feu s’il faut défendre leur droit au bonheur.

Un superbe film, empli d’émotions, à ne pas rater.

L.S. (avec la collaboration de Mad Will)

 

Publié le 13/01/2020
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.