Les Reines de la nuit

2019
|
80 minutes
|
Couleur
Affiche du film Les Reines de la nuit La réalisatrice est allée à la rencontre de transformistes. Médecin, styliste, libraire, agriculteur... ils ont tout quitté pour devenir comédiens, maquilleurs, danseurs, chanteurs ou metteur en scène, avant d'incarner sur scène une femme ou une idole de la chanson, le temps d'un spectacle. Tous n'ont pas le même profil physique. Certains cherchent à provoquer le désir quand d'autres veulent amuser leur audience. Devant la caméra de Christiane Spiero, Eva Carlton, Framboise, Galipette et les autres livrent leur histoire et reviennent sur leur parcours, révélant l'écart qui existe entre leur personnage public et leur vie privée...
 

Date de sortie

04/12/2019

Nationalité

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Antoine, Bruno, Pascal, Jérôme et les neuf autres protagonistes des Reines de la nuit ont un point commun : la nuit, ils se font appeler Eva Carlton, Framboise, Galipette, Golda… en enfilant leurs noms de scène, ils deviennent des personnages de cabaret adulés du fidèle public de chez Michou, Madame Arthur ou encore de l’Artishow. Anciennement médecin, libraire, agriculteur, ils sont désormais transformistes, une nouvelle désignation pour travestis, « moins connotée bois de Boulogne », comme nous l’explique l’un d’eux. Pour son premier documentaire et film de cinéma, Christiane Spièro est allée à la rencontre de ces étonnants artistes.

Philippe Benhamou alias Golda se souvient. Lorsqu’il était enfant à Agadir, sa mère l'emmenait voir des spectacles où les hommes s’habillaient en femme, sous les traits des idoles de l’époque. Un soir, la cape brodée de sequins du performeur a frôlé le visage du petit garçon fasciné. Ce contact avec la vedette, avec la paillette, n’a jamais quitté l’esprit de Philippe, devenu styliste puis à son tour transformiste. Comme la plupart de ses consœurs, Philippe-Golda est un artiste total : il réalise lui-même ses costumes, ses maquillages, ses numéros. Certains sont mêmes de vrais chanteurs, tandis que d’autres font illusion en play-back. Tous sont extrêmement méticuleux dans leurs gestes et attitudes, qu’il s’agisse d’imiter une star comme de la chanson comme Antoine d’Oria grimé en Liane Foly,  ou d’élaborer un numéro personnel façon Pascal « Framboise » Papazian, fondateur de l’Artishow, qui amuse la galerie avec Pétunia, le personnage de potiche qu’il a inventé.

Mais derrière ces yeux fardés et ces robes dorées se cachent parfois des hommes meurtris. Jérôme Mehats, plus connu sous le nom de Galipette raconte avec émotion la fois où ses parents l’ont mis dehors lorsqu’ils ont découvert son homosexualité. David Courant, devenue Vénus, une femme transsexuelle, témoigne quant à elle de la difficulté de naître dans le mauvais corps, et le chemin à parcourir pour enfin trouver son identité. Le spectacle de nuit a pour tous été un échappatoire. En s’attardant sur les expériences de chacun, le film démontre à quel point le milieu du transformisme est diversifié et barre ainsi la route aux préjugés. Il n’y a pas de profil type.

C’est aussi ce que François Ozon racontait dans Une nouvelle amie (2014), une fiction dans laquelle David (Romain Duris) commence subitement à s’habiller en femme après de le décès de son épouse. On se souvient d’une scène bouleversante où le personnage assiste à une interprétation de Une femme avec toi de Nicole Croisille par un transformiste (Eva Carlton que l’on retrouve d’ailleurs dans Les reines de la nuit!). Alors que le temps s’est suspendu, David a enfin le sentiment d’être compris et accepté. C’est la même impression de bienveillance, de tolérance, qui émane des Reines de la nuit et fait de ce documentaire une très belle ode à la diversité et à l’acceptation de soi.

S.D.

 

Publié le 27/11/2019
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.