La Fille au bracelet

2019
|
95 minutes
|
Couleur
Affiche du film La Fille au bracelet Lise Bataille, une adolescente de 18 ans, est accusée du meurtre de sa meilleure amie Flora, survenu deux ans auparavant. Lors du procès, à mesure que la vie intime de Lise est dévoilée à la cour, la vérité devient de plus en plus difficile à discerner. Ses parents sont désemparés. Lise serait restée dormir chez son amie après une fête organisée ensemble dans la maison de cette dernière. Une absence confirmée par le petit frère. L'arme du crime n'a pas été retrouvée et les empreintes génétiques de l’accusée n'ont pas été retrouvées sur les lieux. Condamnée, la jeune fille imperturbable, qui vient d'avoir son bac, doit porter un bracelet électronique...
 

Date de sortie

12/02/2020

Genre

Nationalité

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Emprisonnée puis laissée en liberté conditionnelle, Lise (magnifiquement interprétée par Melissa Guers), passe en jugement, un bracelet à la cheville. La jeune femme est en effet soupçonnée du meurtre de son amie Flora car elle est la dernière personne à l’avoir vue vivante, après l’avoir quittée suite à une soirée passée chez elle.

L’enquête à charge révèlera que Lise ne menait pas forcément la vie que devrait avoir une « jeune fille de bonne famille ». Un argument qui sera utilisé par la procureure (Anaïs Demoustier) pour pouvoir la discréditer lors du procès.

La thématique est ici identique à celle de l’excellent film policier Une part d’ombre</em> de Samuel Tilman : il ne faut pas confondre la vie que mènent les gens et les actes qu’ils auraient potentiellement commis. Mais ici, l’action se situe dans le prétoire. Le spectateur découvre les éléments de l’enquête au fur et à mesure des débats et se retrouve ipso facto dans la peau d’un juré.

Pour le réalisateur la vérité importe peu, nous ne sommes pas dans <em>Le crime était presque parfait</em> d’Alfred Hitchcock ou dans L’invraisemblable vérité de Fritz Lang. Ce qui intéresse avant tout le cinéaste Stéphane Demoustier, c’est le fait de montrer ce que peut être la vie d’une adolescente de nos jours qui doit faire face au jugement prétendument moral porté par la « bonne » société sur sa conduite. En cela, Roschdy Zem (son père Bruno), et Chiara Mastroianni (sa mère Céline) sont parfaits en parents tombés du placard, bouleversés par ce qu’ils apprennent sur la vie de leur fille.

Le réalisateur laisse le soin au spectateur après exposé des parties de se forger son intime conviction. La mienne est définitive,  La fille au bracelet est tout simplement un film à voir.

L.S.

Publié le 05/02/2020
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.