L'Apollon de Gaza

2018
|
79 minutes
|
Couleur
Affiche du film L'Apollon de Gaza En 2013, une statue d'Apollon a été découverte au large de la bande de Gaza. Quelques privilégiés triés sur le volet ont pu la voir. Rapidement, elle disparait dans des circonstances mystérieuses. Les experts -archéologues, religieux, ministre et faussaires « repentis » - se succèdent pour témoigner et donnent leur version des faits. La statue de bronze est-elle authentique ? Etait-ce un faux grossier datant d'une trentaine d'années ? A-t-elle vraiment été découverte dans la mer ? L’enjeu dépasse la question de ce dieu des arts et de la beauté. Dans cette odyssée impossible, le conflit israélo-palestinien reste présent...
 

Date de sortie

15/01/2020

Nationalité

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Les gazaouis ont besoin de croire en autre chose qu’à la guerre. Se saisissant du prétexte de la découverte par un pêcheur d’une statue d’Apollon, le réalisateur Nicolas Wadimoff (L’accord, Aisheen) entreprend de nous donner à voir la naissance d’un mythe fondateur pour une nouvelle Gaza.

Filmée comme on l’a rarement vue, la ville devient un terrain d’enquête autour de cette statue du dieu grec, presqu’aussitôt disparue qu’elle est apparue, et dont l’authenticité interroge un grand nombre. Le réalisateur va alors questionner tout à tour, le pêcheur qui l’a découverte, le bijoutier qui l’a recelée, de hautes sommités administratives et religieuses ainsi que des experts et faussaires en tout genre. Chacun y va de sa petite histoire et de son interprétation.

Ce qui ressort de cette enquête, traitée comme dans un film d’espionnage, n’est pas vraiment son résultat, à savoir la connaissance de l’origine de la statue ou de son authenticité. Ce que le réalisateur veut avant tout montrer, c’est le besoin pour l’homme de se raconter des histoires, d’y croire, et de se les accaparer. Le réalisateur met ainsi à nu les intérêts (mercantiles, de pouvoir, d’influence…) de chaque protagoniste dans cette découverte. En effet, devant sa caméra, chacun se présente comme légitime pour donner son analyse définitive sur la statue .

Le passage le plus jubilatoire est bien lorsque l’évêque de Gaza donne la définition du mythe, expliquant en quoi les dieux comme Apollon ont été des créations de l’homme, sans se rendre le moins du monde que tout ce qu’il dit pourrait s’appliquer à son dieu, une divinité parmi tant d’autres, surtout dans une terre multiconfessionnelle.

Une enquête amusante et profonde à la fois qui porte un autre regard sur cette terre si riche en dieux.

L.S.

Publié le 09/01/2020
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.