K contraire

2018
|
85 minutes
|
Couleur
Affiche du film K contraire Après six mois passés en cellule pour un trafic de stupéfiants, Ulysse se retrouve dans le monde «libre» avec l'obligation de prendre en charge Gabrielle, sa mère fragile psychologiquement, et de construire sa propre réinsertion sociale. Voyant les portes se fermer une à une, il se lance, avec son ami David, dans le trafic de kétamine avec, pour couverture, un food-truck baptisé l'Enkas qu'ils installent dans une rave-party. Ils vont vite repérés par la police...
 

Réalisateur

Date de sortie

22/01/2020

Genre

Nationalité

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Nous faisons la connaissance d’Ulysse (Sandor Funtek) en prison où il a été conduit pour trafic de stupéfiants. À peine sorti en libération conditionnelle, il s’associe avec un autre amateur qui lui a dégoté le plan du siècle. Mais pour ces pieds nickelés, la combine qui devait leur rapporter gros finira par leur coûter beaucoup plus cher. C’est bien dommage pour Ulysse qui devait déjà de l’argent à son ex-copine et qui en aurait eu bien besoin pour payer le loyer et fournir une aide-ménagère à sa mère dépressive.

Comme on le voit le scénario est très banal. Mais ce n’est pas le plus important pour la prometteuse primo réalisatrice Sarah Marx qui veut dresser avant tout le portrait d’un couple mère fils n’arrivant pas à faire face aux aléas de la vie.  La cinéaste offre également une réflexion sur les difficultés de la réinsertion des détenus libérés. En effet, sous ses airs de gros dur Ulysse est garçon au cœur tendre. Poli, serviable et attentif aux autres (même en prison !), il fait ce qu’il considère être le mieux pour sa mère. Et c’est ce syndrome du sauveur qui finira par lui créer des ennuis, se sentant écrasé par les responsabilités qu’il a prises et la mission qu’il s’est donnée. Des obligations rappelées en permanence par tous ceux qui l'entourent et qui lui font considérer le monde extérieur comme une autre prison, jusqu’à ce qu’il consente à lâcher prise.

Sarah Marx manie avec virtuosité la caméra, toujours à bonne distance de ses personnages, cadrant chaque plan avec acuité tout en nous offrant dans le contraste des nuits et des jours une lumière parfaitement maitrisée. Elle nous offre ici un film sensible, magnifiant ses personnages grâce à la perfection du jeu de ses acteurs.

Une réalisatrice à suivre.

L.S.

Publié le 22/01/2020
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.