Freedom

Buoyancy

|
2019
|
93 minutes
|
Couleur
Affiche du film Freedom Cambodgien âgé de 14 ans, Chakra rêve d'une vie meilleure, loin des rizières où s'épuisent ses parents. Un jour, il part sans prévenir personne, ayant payé un passeur pour l'emmener travailler en Thaïlande. Durant le voyage, il sympathise avec Kea, 33 ans. Une fois sur place, tous deux comprennent qu'ils ont été victimes d'une arnaque. Le passeur les a en réalité vendus comme esclaves au capitaine d'un bateau de pêche. A bord, ils doivent travailler 22 heures par jour et n'ont qu'un bol de riz en guise de nourriture. Il leur semble impossible de s'évader, car le chalutier ne retourne jamais à terre, vendant son stock en pleine mer...

Casting

Rôle : Chakra
Rôle : Kea
Rôle : Rom Ran
 

Réalisateur

Date de sortie

27/11/2019

Genre

Nationalité

Distribution

Classification

-12 ans

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Freedom, réalisé par l’Australien Rodd Rathjen, traite d’un sujet peu connu et jamais vu dans un long métrage de fiction : l’esclavage en Asie du Sud-Est sur des chalutiers. C’est un film percutant, terrible, froid, cruel, dont on sort bouleversé.

Chakra, un jeune habitant d’un village du Cambodge, espère une vie meilleure en Thaïlande. Il émigre et se retrouve contre son gré sur un bateau où il est réduit au travail forcé dans des conditions épouvantables. Il se révolte avec violence contre sa condition, afin de pouvoir recouvrer sa liberté.

Le parti pris du réalisateur d’évacuer le pathos de ce film, qui traite pourtant d’un sujet propre à favoriser l’éclosion des émotions, est une vraie réussite. Rodd Rathjen, pour réaliser son premier long métrage, s’est aussi longuement investi dans les recherches sur son sujet. Enfin, ses acteurs sont pour la plupart des rescapés du travail forcé sur les navires. C’est cet aspect fortement documenté qui permet la mise en perspective de la principale thématique du film. Le réalisateur décrit au scalpel, en utilisant une mise en scène minimaliste, une situation qui touche des dizaines de milliers de personnes réduites en esclavage sans que cette situation émeuve le moins du monde ceux qui achètent les produits de la mer péchés dans ces conditions. Et par ricochet, le consommateur peut saisir alors les conséquences du « toujours moins cher ». Moins cher que mal payé, c’est l’esclavage. Sorry We missed you, le dernier Ken Loach, montrait ce que la loi du marché entraine pour nos sociétés occidentales. Ici nous voyons les conséquences qui sont cent fois pire pour les sociétés lointaines et défavorisées. La révolte du spectateur nait alors de la description de cette mise en esclavage comme un simple « détail » de la guerre économique provoquée par les tensions liées au commerce international. 

Mais, et c’est là que la fiction joue son rôle à plein, une fois le spectateur bien accroché, il reçoit à cause du choix de la violence que fait Chakra, un terrible coup à l’estomac. Comment continuer à s’identifier au personnage principal ? De cette cassure naît la nécessaire réflexion : où se situe la violence ? Peut-elle être légitime ? Qui en est responsable ? À quel moment perd-on son humanité ? Voltaire a écrit (article « Esclave » du Dictionnaire philosophique) « De toutes les guerres celle de Spartacus est la plus juste, peut-être la seule juste». Freedom pourrait être l’illustration de cette citation.

L.S.

 

Publié le 21/11/2019
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.