Sympathie pour le diable

2019
|
100 minutes
|
Couleur
Affiche du film Sympathie pour le diable En novembre 1992, en pleine guerre en ex-Yougoslavie, le journaliste français Paul Marchand tente de rendre compte du siège de Sarajevo et du sort des 400 000 habitants pris en otage par les troupes serbes. Irascible, sûr de lui, fumeur invétéré de cigares, Paul n'a pas peur d'aller au plus près des violences. Accompagné de Vincent, son photographe, Marchand veut réveiller les consciences occidentales. Pour que les morts ne forment pas une donnée abstraite, pour leur redonner une identité, il est prêt à traverser les zones de conflits et les checkpoints les plus dangereux pour aller voir la réalité des corps...

Casting

Rôle : Paul Marchand
Rôle : Boba
 

Date de sortie

27/11/2019

Genre

Nationalité

Distribution

Classification

Non renseigné

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

En juin 1992, le français Paul Marchand fait partie des premiers reporters de guerre à s’aventurer à Sarajevo alors que la ville est assiégée. Accompagné de quelques journalistes internationaux, il tente de rapporter au mieux l’horreur dont il est le témoin quotidien : bombardements, assassinats de civils, pénuries… Marchand n’a peur de rien et son bagou fait rapidement de lui le principal correspondant des médias étrangers. Son franc parler l’oriente vers un journalisme qui prône la prise de partie et le droit à la compassion. Une blessure grave à Sarajevo met fin à sa carrière de journaliste de guerre et, même s’il tente une reconversion dans l’écriture, le reporter se suicide en 2009. Sympathie pour le Diable (d’après l’un de ses romans éponymes) s’ouvre en novembre 1992, sept mois après le début du siège de la capitale de Bosnie-Herzégovine.

Bonnet sur la tête, épaisses lunettes et cigare au bec, c’est le comédien québécois Niels Schneider qui prend les traits d’un Paul Marchand complètement exalté au volant de sa vieille Ford déglinguée floquée d’un provocateur “Dont waist your bullet, I’m immortal” (“Ne gaspillez pas vos balles, je suis immortel”). De la même manière que sa consœur Camille Lepage dont nous parlions récemment dans le film Camille, Marchand n’est à l’aise qu’en terrain miné, ne reculant devant aucune prise de risque. Mais là où Camille Lepage impressionnait par son humilité et son optimisme (précisons aussi qu’elle n’a pas eu le temps d’acquérir la même notoriété que Marchand), l’envoyé spécial de Sarajevo apparaît comme un personnage agressif et animé par la colère. Bien que le film ait pour objectif de lui rendre l’hommage qu’il mérite, il n’omet pas ses côtés excessifs. C’est cette ambiguïté et ambivalence qui font de Paul Marchand un vrai personnage complexe de cinéma. Le film assume d’ailleurs totalement une part de romanesque, laissant place à des scènes de convivialité, d’amour et de fête qui marquent un vrai contraste avec le terrible conflit ambiant.

Le réalisateur Guillaume de Fontenay a tenu de tourner son film en conditions, c’est à dire durant l’hiver sarajévien. Le traitement de l’image bleutée de cette ville en ruine amène une vraie sensation d’un froid glacial, d’un climat hostile à tout point de vue. Malgré la dureté de ce qu’il raconte, Sympathie pour le Diable n’a rien d’un film “choc”, mais relève de la chronique engagée, privilégiant les petites scènes de vie courantes au sensationnel. Cela n’enlève rien à son impact sur le spectateur, qui ne pourra s’empêcher de trouver résonance entre ces atrocités vieilles de vingt ans et les guerres qui frappent encore les civils du monde entier.

S.D.

Publié le 21/11/2019
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.