Gloria Mundi

2019
|
107 minutes
|
Couleur
Affiche du film Gloria Mundi La jeune Mathilda vient de donner naissance à Gloria. Sylvie, la nouvelle grand-mère, mariée avec Richard, décide alors de prévenir Daniel, le père de Mathilda. Tout juste libéré de prison, ce dernier se rend donc à Marseille pour rencontrer sa petite-fille et tenter de renouer avec ses proches. Mathilda l'accueille froidement. Daniel fait aussi la connaissance du reste de cette famille recomposée avec Bruno et Aurore, les seuls qui semblent s'en sortir économiquement et qui tiennent un magasin de dépôt-vente. Un jour, Nicolas, le père de Gloria, est agressé. Mathilda demande alors à Daniel de garder sa fille...
 

Date de sortie

27/11/2019

Genre

Nationalité

Distribution

Classification

Non renseigné

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Avec son vingt et unième film qui raconte la vie d’une famille de Marseille, Gloria Mundi, Robert Guédiguian semble de plus en plus pessimiste. Nous avons Richard, Le grand-père chauffeur de bus, (Jean-Pierre Daroussin – égal à lui-même) et Sylvie (Ariane Ascaris) la grand-mère qui fait des ménages. Du côté des plus jeunes membres de la famille, nous retrouvons  Mathilda, la fille d’un premier lit (Anaïs Demoustier) dont le père Daniel (Gérard Meylan) sort de prison, et qui accouche au début du film d’une petite Gloria (d’où le titre du film) ; Aurore (Lola Naymark) la seconde fille ; et leurs compagnons respectifs, Nicolas (Robinson Stevenin) et Bruno (Grégoire Leprince-Ringuet).

L’un des jeunes couples adhère à la vision entrepreneuriale de la société, écraser son prochain pour gagner plus, l’autre subit la dure loi de la précarité et de l’uberisation. Ils sont les représentants un peu caricaturaux des deux faces de notre société. Par ailleurs, certains des personnages de cette chronique sociale sont à contre-emploi, en particulier Ariane Ascaris étonnante dans la peau d’une grand-mère raciste et réactionnaire. Guédiguian pose ainsi le terrible constat que le capitalisme s’infiltre au cœur des familles provoquant des troubles et la désunion de celles-ci.  On se retrouve alors dans des temps que décrivait Zola dans La terre ou Balzac dans Les illusions perdues. Voilà pour le décor.

Mais le personnage essentiel, le plus nuancé, et qui va porter le film, l’élément perturbateur, c’est l’ex de Sylvie, qui sort de prison et dont la force tranquille va révolutionner ce petit monde. Celui qui, sans vouloir trop en dire,  montrera que le destin n’est jamais tracé d’avance et qu’il existe une possibilité de rédemption et donc d’évolution à condition de « jouer collectif » . Pour y arriver il ne faudra pas se laisser prendre aux sirènes d’un pouvoir qui veut diviser pour mieux régner en dressant ceux qui perdent leurs droits contre les précaires, et en favorisant l’exploitation des plus démunis. L’autre intérêt du personnage du prisonnier, finalement le plus lucide car retranché de ce monde ou tout tourne à la folie, est de s’interroger sur la possibilité d’un espace de liberté dans un monde où nous sommes condamnés à subir.

Au final, Guédiguian dresse un portrait noir de notre société et s’interroge sur notre responsabilité collective et notre capacité à réagir à cette promotion du « moi d’abord » qui semble prévaloir. La grand-mère refuse de soutenir la grève et sa fille valide le discours de sa patronne : « à sa place je ferais comme elle ». Un film qui signe la disparition de la conscience de classe et où un personnage simplement bon dans ce monde de brute devient alors un héros.

L.S.

NB : A l’occasion de la sortie de Gloria Mundi, Diaphana sort un coffret DVD de la filmographie intégrale de Robert Guédiguian.

http://diaphana.fr/produit/integrale-robert-guediguian-20-films/

Publié le 21/11/2019
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.