Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicités : nous respectons cela. Mais parce que notre site a besoin de vivre, nous vous invitons à nous faire un don.
Merci d'avance ! L'équipe de Chacun Cherche Son Film.

Le Venin de la peur

Una lucertola con la pelle di donna

|
1971
|
100 minutes
|
Couleur
Affiche du film Le Venin de la peur Carol Hammond réve régulièrement qu'elle est emportée par une foule nue jusqu'à une femme séduisante dans les bras de laquelle elle succombe. Florinda a la surprise de découvrir que cette femme fantasmée ressemble à sa voisine, Julia Durer. Son psychanalyste, le Dr Kerr, lui donne une explication. Selon lui, Florinda jalouse cette femme à l'existence débridée. En effet, Carol mène une vie bourgeoise et sans histoire avec son mari Frank, avocat associé dans le cabinet de son père...

Casting

Rôle : Carol Hammond
Rôle : Inspecteur Corvin
Rôle : Frank Hammond
 

Réalisateur

Date de ressortie

17/07/2019

Genre

Nationalité

Distribution

Classification

-16 ans

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Ah ! Le venin de la peur, ce long-métrage qui me faisait tant rêver alors que je faisais mes premiers pas dans le giallo italien (thriller à la frontière du cinéma policier, du cinéma d'horreur et de l'érotisme) après avoir découvert la trilogie animale de Dario Argento. Un long-métrage présenté par son réalisateur comme un long rêve éveillé qu'il aurait voulu conclure par l’arrivée d’un assassin échappé du monde des songes. Avec son titre italien Una lucertola con la pelle di donna (un lézard à la peau de femme), le film s’inscrit dans l’explosion des thrillers avec des titres alambiqués qui envahirent les écrans après le succès de L'Oiseau au plumage de cristal et du Chat à neuf queues d’Argento.

Par rapport à ses premiers pas dans le giallo dans Perversion Story, Fulci s’inscrit ici véritablement dans le genre avec un meurtrier qui recourt à l’arme blanche pour exécuter une jolie femme. Il n’oublie pas non plus de recourir à une pincée de psychanalyse avec son héroïne Carol qui se rend chez son patricien. Pour autant, par rapport à Bava et Argento, Fulci réalise un film plus onirique et violent tout en usant de l’érotisme de façon plus marquée. Ainsi le long-métrage commence par une scène fantasmatique où l'héroïne se retrouve dans un train bondé de gens nus, avant de se retrouver en compagnie de sa voisine dans une scène de saphisme proche du cinéma érotique et qui se conclura par un coup de poignard. Réalisé par un cinéaste dont les derniers films d'horreur seront littéralement des cauchemars, son Venin de la peur montre déjà son goût pour l’onirisme et le surréalisme au détriment de la dramaturgie classique dans les scènes où le spectateur partage les visions de l’héroïne. De même, Fulci flirte très brièvement avec le gore comme dans cette scène de vivisection où il s’attarde sur les dépouilles des chiens éventrés. Une vision qui annonce son goût pour la chair et les viscères dans ses films d’horreur comme L’Au-delà.

À l’instar de La longue nuit de l’exorcisme ou de Perversion Story, Fulci peut s’appuyer sur un casting solide où l’on retrouve l’ancien mannequin Florinda Bolkan qui reviendra devant la caméra de Fulci pour La Longue nuit de l’exorcisme.  À ses côtés, nous avons le héros de Perversion Story, Jean Sorel qui joue à la perfection un personnage intéressé qui s’avère lâche et sans envergure.  Enfin, le vétéran Stanley Baker vu dans Les Canons de Navarone, est aussi excellent dans le rôle d’un père qui essaye de gérer les délires de sa fille et sa carrière politique.

Le venin de la peur est un film ou la réalisation de Fulci n’est pas loin d’égaler la maestria d’un Dario Argento. Il reprend ici les expérimentations de Perversion Story qu’il pousse à leur paroxysme. Il fétichise les objets, utilise le split-screen (écran divisé) et use d’angles de caméra qui déforment la perspective pour construire un univers dans lequel le spectateur perd pied entre le réel et le rêve. Enfin, le final du long-métrage se joue avec malice des codes du giallo afin de nous dire que l'humain est un être faible qui se fourvoie toujours. Un métrage nihiliste de la part d’un réalisateur qui se complaît à filmer la descente aux enfers et la souffrance de ses protagonistes. Le venin de la peur est tout simplement l'un des meilleurs giallos jamais tournés !

Mad Will

Publié le 08/07/2019
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.