Une femme fantastique

Una Mujer Fantástica

|
2017
|
104 minutes
|
Couleur
Affiche du film Une femme fantastique Pour son anniversaire, Orlando a prévu d'emmener Marina, sa jeune compagne transgenre, aux chutes Iguazú, l'une des plus grandes merveilles naturelles située entre l'Argentine et le Brésil. Malgré leur différence d'âge, leur amour est sincère. Mais une nuit, Orlando a un malaise et meurt quelques heures plus tard. Le monde de Marina s'effondre. La police va même jusqu'à la soupçonner de meurtre et l'inspectrice des moeurs n'hésite pas à la soumettre à une visite médicale humiliante. La famillle du défunt veut à tout prix chasser Marina de l'appartement qu'elle occupait avec Orlando et l'empêcher d'assister aux obsèques...

Casting

Rôle : Marina Vidal
Rôle : Orlando
 

Réalisateur

Date de sortie

12/07/2017

Genre

Nationalité

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Orlando (Francisco Reyes) et Marina (Daniela Vega), malgré leurs vingt ans d’écart, filent le parfait amour. Quand le premier meurt brutalement, pourtant, la seconde est suspectée. Parce qu’elle est transgenre, la famille d’Orlando veut l’empêcher de rendre un hommage posthume à celui qu’elle aimait. Avec détermination mais sans violence, Marina se bat pour ne pas être ostracisée en raison de sa différence.

Avec Une femme fantastique, Sebastián Lelio démontre, pour paraphraser Lévi-Strauss, que « le monstre, c’est celui qui croit à la monstruosité. » L’opposition est en effet frappante entre le portrait qu’il fait de son héroïne, incarnation du calme et de l’élégance, et la tempête de suspicion et de violence qui émane autour d’elle des braves gens qui ne supportent pas que l’on suive une autre route qu’eux. La force du film doit beaucoup à son interprète principale, Daniela Vega, qui était d’abord consultante sur le scénario et y a insufflé tellement d’elle-même qu’elle s’est imposée comme une évidence. Douée d’une grande présence naturelle, l’actrice transgenre brille par son minimalisme. Son admirable sobriété va de pair avec la pudeur de la caméra de Sebastián Lelio, qui filme le voyeurisme de l’entourage de Marina en évitant soigneusement de tomber dedans lui-même. Là où d’autres auraient traqué l’androgynie du personnage, le réalisateur chilien réussit la gageure de rendre celle-ci quasiment anecdotique, en s’intéressant davantage à retranscrire son monde intérieur dans des scènes hyperstylisées qui mettent en valeur sa détermination à suivre le chemin qu’elle s’est choisi malgré les vents contraires. Ce faisant, il a la grâce d’offrir à Daniela Vega non pas un rôle de femme transgenre, mais un rôle de femme tout court, en résistance, fantastique.

F.L.

Publié le 10/07/2017
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.