Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicités : nous respectons cela. Mais parce que notre site a besoin de vivre, nous vous invitons à nous faire un don.
Merci d'avance ! L'équipe de Chacun Cherche Son Film.

La Grande Aventure

Det stora äventyret

|
1953
|
94 minutes
|
Noir et blanc
Affiche du film La Grande Aventure Dans la campagne suédoise, les saisons se succèdent, la nature a tous les droits. C’est un combat journalier pour la vie. Un renardeau, seul survivant d’un massacre commis par l’homme, se trouve une loutre comme compagnon de jeu. Mais un lynx rôde dans les parages. Kjell, 6 ans, et Anders, 8 ans, vivent dans une ferme. Anders sauve la loutre qu'un pêcheur voulait tuer. Il l'apprivoise et lui donne comme nom Utti. Elle lui fait découvrir le monde mystérieux et sauvage de la forêt peuplée de renards, de lynx, de lièvres, de chouettes, de cerfs, de coqs de bruyère, etc. Les enfants n'ont pas dévoilé à leurs parents l'existence d'Utti...

Casting

Rôle : Anders
Rôle : Kjell
Rôle : Kvast-Emil
 

Réalisateur

Date de ressortie

30/01/2019

Nationalité

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

La grande aventure est un magnifique film du réalisateur suédois Arne Sucksdorff tourné entre 1951 et 1953, primé à Cannes en 1954 par le Prix international, ainsi qu’à Berlin.

En ces temps où la biodiversité est menacée, nous ne pouvons que nous pencher avec émotion sur ces images d’une nature riche et intense que nous découvrons dans La grande aventure. L’histoire se déroule dans la campagne suédoise, dans une famille de fermiers occupée aux tâches agricoles. Le scénario prend le parti d’un jeune garçon de 8 ans, Anders, qui, contre l’avis de tous, adopte une loutre qui deviendra sa compagne de jeu.

Considéré comme le père du documentaire Suédois, Sucksdorff avait auparavant tourné de nombreux films documentaires animaliers. L’expérience qu’il a acquise au cours de ces tournages se révèle à plein dans ce premier long métrage de fiction. En effet le sens de l’espace, du cadre et de la lumière, dans une utilisation classique mais judicieuse de la grammaire cinématographique révèle des images de toute beauté, d’une plastique éblouissante et donne au film une poésie prégnante.

Un très beau récit initiatique, très très loin de certaines mièvreries animalières, à découvrir au cinéma le 30 janvier 2019.

L .S.

Publié le 28/01/2019
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.