Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicités : nous respectons cela. Mais parce que notre site a besoin de vivre, nous vous invitons à nous faire un don.
Merci d'avance ! L'équipe de Chacun Cherche Son Film.

Détour

Detour

|
1945
|
68 minutes
|
Noir et blanc
Affiche du film Détour Le pianiste de bar Al Roberts décide de rejoindre son amie, Sue, partie tenter sa chance à Hollywood. Il est pris en stop par un automobiliste arrogant, Haskell, qui se rend à Los Angeles pour y déposer une grosse somme d'argent. En route, Haskell lui parle de sa dernière passagère, une fougueuse jeune femme. Il passe le volant à Al et meurt brusquement, sans raison apparente. En ouvrant la portière, Al fait malencontreusement tomber le cadavre. Un peu plus loin, le musicien prend une auto-stoppeuse. Celle-ci semble se douter de quelque chose...

Casting

Rôle : Al Roberts
Rôle : Vera
Rôle : Sue Harvey
 

Réalisateur

Date de ressortie

04/09/2019

Genre

Nationalité

Distribution

Classification

Non renseigné

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Détour est un film qui transpire l’angoisse à travers tous ses plans. Al Roberts (Tom Neal) est victime sans l’avoir initiée ou prévue de quelque façon, d’une suite d’événements dramatiques sur lesquels il n’a aucune prise. Al se retrouve donc prisonnier dans un road movie meurtrier, perdant tous ses repères y compris sa propre identité. A chaque action il se rend compte qu’il a été contraint de choisir la pire, si tant est qu’il ait eu un choix à effectuer. La marche inéluctable du destin se grave à chaque tour de roue, plongeant le spectateur dans une angoisse oppressante.

La film est porté dans sa seconde partie par la sublime interprétation de Ann Savage, (Véra), étonnant personnage de femme autoritaire, qui joue du regard et du verbe pour dompter sa proie, renforçant  la sensation d’enfermement dans laquelle se retrouve Al Roberts.

La noirceur du film transparait aussi paradoxalement par l’économie de moyens attribuée au tournage. La route, loin d’évoquer les grands espaces est au contraire une prison linéaire dont on ne peut s’écarter. Et les décors minimalistes forcent le regard à s’attacher aux expressions des acteurs, les zones d’ombres des plans resserrant l’action à sa plus simple, mais plus belle expression. Un regard noir, la crispation d’une lèvre…

Série B sortie aux USA en 1945 mais saluée à juste titre comme un chef-d’œuvre au fur et à mesure du temps, le film d’Edgar G. Ulmer ressort en salles le 4 septembre. Une pépite à retrouver sur grand écran !

L.S.

Publié le 28/08/2019
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.