Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicités : nous respectons cela. Mais parce que notre site a besoin de vivre, nous vous invitons à nous faire un don.
Merci d'avance ! L'équipe de Chacun Cherche Son Film.

Wardi

Wardi

|
80 minutes
|
Couleur
Affiche du film Wardi Beyrouth, Liban, aujourd’hui. Wardi, une jeune Palestinienne de onze ans, vit avec toute sa famille dans le camp de réfugiés où elle est née. Sidi, son arrière-grand-père adoré, fut l’un des premiers à s’y installer après avoir été chassé de son village en 1948.
 

Réalisateur

Date de sortie

27/02/2019

Nationalité

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Wardi est l’histoire de la Palestine à hauteur d’enfant.

Une petite fille de onze ans, Wardi, habitante du camp de Burj El Barajneh à Beyrouth reçoit de son arrière-grand-père Sidi la clef de la maison dont il a été chassé en 1948 lors de la Nakba (La catastrophe, l’exil forcé des Palestiniens lié à la création de l’État d’Israël). Sentant que celui-ci a perdu espoir de retourner un jour chez lui, elle cherche à lui en rendre. Elle s’interroge alors sur la vie dans le camp, sa famille, ses origines, et son esprit curieux l’amène à se poser des tas de questions auxquelles son entourage, en particulier Sidi, à l’intelligence de répondre. (Car dans la vraie vie les enfants qui posent des questions n’ont pas toujours des réponses appropriées). Les dures conditions de vie, le chômage, la guerre, la mort, ne sont pas éludés. Mais les simples plaisirs de la vie non plus, ce qui fait que ce film est loin d’être manichéen.

Le réalisateur utilise plusieurs techniques pour séparer ce qui est de l’ordre du présent avec de remarquables personnages en stop motion, et des souvenirs qu’il relatera en dessins animés. Il illustre aussi son récit par les photos des personnes réelles qui l’ont inspiré.

Cet heureux mélange de techniques provoque un saisissant effet de vie, en imposant un rythme et une dynamique qui transporte le spectateur au milieu du camp et de la famille. On se surprend presque à se demander où on pourrait loger dans ces habitations construites les unes sur les autres. En effet la superficie étant strictement limitée, chaque nouveau couple pour s’installer doit construire son espace de vie au-dessus de celui de ses parents. Le camp croît donc en hauteur et on accède en haut des tours ainsi constituées par d’improbables escaliers ou échelles.

Le réalisateur Mats Grorud n’est ni Juif ni Arabe, il est Norvégien. Il a vécu en Egypte à l’âge de 12 ans et après ses études en animation a travaillé pour une ONG au Liban. C’est à cette occasion qu’il a pris les contacts qui ont été nécessaires pour écrire le scénario de ce film.

La petite histoire que nous raconte Wardi fait que, quel que soit le regard que l’on porte sur le conflit israélo-palestien, Wardi est un film à voir, justement parce que dénué des préjugés de l’Histoire.


L.S.

Publié le 22/02/2019
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.