Retour sur OPÉRA de Dario Argento

Publiée le 04 octobre 2017

Aujourd’hui un retour sur le maître italien de l’horreur transalpine le bien nommé Dario Argento à l’occasion de la sortie d’Opéra chez Le chat qui fume dans une édition DVD/ Blu-ray à tomber, de ce film un peu oublié du réalisateur italien.

Opéra est un film à part de la riche filmographie d’Argento. Après les années 70 où le réalisateur est considéré comme un maître et admiré par un grand nombre de cinéphiles, ces films des années 80, malgré des qualités évidentes, sont rejetés par certains de ces admirateurs.

Plus violent, usant d’une musique rock agressive loin des expérimentations Pink Floydienne des Goblin des années 70, ce sont pourtant des œuvres riches qui démontrent qu’Argento est un auteur, prolongeant sans cesse sa quête autour du point de vue au cinéma.

Nanti d’un budget de 7 millions de dollars, Opéra est l’une de ses plus grosses productions. Pourtant le film reste pour lui un mauvais souvenir tant les conditions de tournage furent parmi les pires de sa carrière. Entre une artiste principale diva, des désistements successifs d’acteurs (Vanessa Redgrave…), et une maison de production américaine qui a charcuté le film pour ses sorties en dehors du territoire italien, la malédiction qui touche les artistes qui mettent en scène Macbeth s’est avérée, finalement, une fois de plus vraie.

Quand on revoit le film, on est marqué par la volonté affichée d’un artiste de se réinventer en mêlant les expérimentations graphiques à une mise en scène crue de la violence. Opéra est un film agressif, provocant, brutale, porté par un dispositif de mise en scène géniale, l’héroïne est obligée par des épingles qui lui lacèrent la peau à garder les yeux ouverts devant les meurtres exécutés par un mystérieux assassin. Opéra est ainsi la tentative d’un réalisateur de renouveler sa mise en scène tout en déjouant les attentes de ses fans.

Inédit dans les salles hexagonales et édité seulement en France en VHS, le film retrouve enfin grâce au Chat qui fume sa place parmi le panthéon des œuvres de Dario Argento. En effet, quand on redécouvre Opéra dans une superbe copie et dans son montage d’origine, il est clair que le cinéaste mérite le titre de maestro au même titre que Fellini ou Visconti.

Un film à redécouvrir absolument.

Mad Will

Je vous invite à commander directement (ça leur fera plus de sous !) le film sur le site du Chat qui fume qui fait un boulot d’éditorialisation encore une fois extraordinaire. Enfin, bande de chanceux, à l’occasion du PIFFF (Paris International Fantastic Film)), Dario Argento était venu en personne présenter le film. Je vous invite à écouter ci-dessous l’interview que le réalisateur avait donnée à cette occasion à Chacun Cherche Son Film.

 

Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram