L'espion qui m'a larguée

The Spy Who Dumped Me

|
117 minutes
|
Couleur
Affiche du film L'espion qui m'a larguée Audrey découvre que Drew, son ex-petit-ami est en réalité un espion international avec des tueurs à ses trousses. Quand Audrey et sa meilleure amie Morgan se retrouvent avec deux cadavres chez elles, elles doivennt quitter Los Angeles. Elles décident de fuir, en prenant avec elle une clé USB apparemment très convoitée. Leur fuite à travers l'Europe est mouvementée et périlleuse. Pour les aider dans leur mission de sauvetage du monde, Audrey et Morgan peuvent compter sur Sebastian, un espion du MI6.

Réalisateur

Date de sortie

08/08/2018

Nationalité

Etats-Unis

Classification

Tous publics

Acteurs

Rôle : Morgan
Rôle : Sebastian

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Audrey se fait larguer par Drew, avant d’apprendre qu’il est en réalité un agent de la CIA vivement recherché. Alors que celui-ci s’apprête à rendre son dernier souffle, il confie à son ex une mission de la plus haute importance : se rendre à Vienne pour y rencontrer un certain Verne et lui remettre un mystérieux paquet. Intriguée, Audrey embarque pour l’Autriche avec son alliée de toujours, sa meilleure amie Morgan.

Un peu longuet mais bien écrit et plutôt drôle, L’espion qui m’a larguée dispose d’un atout majeur : Kate McKinnon dans le rôle de Morgan, qui, par amitié et par goût de l’espionnage, suit Audrey dans sa mission. Cette petite blonde tonique, sans le sex-appeal et la notoriété de Mila Kunis, est pourtant la star du film. Elle y joue la classique gourdasse moins stupide qu’elle n’en a l’air avec une aisance admirable. Dans son flot de paroles parfait elle enchaîne les vannes, tandis que sa meilleure amie se contente de s’écrier « Oh my God ! » devant chaque situation compliquée.

Même si le genre n’est pas nouveau (Spy, Les Flingueuses) on sent depuis le scandale Weinstein la volonté de remettre les héroïnes féminines au goût du jour dans les grosses productions hollywoodiennes (Ocean’s 8 en dernier exemple).

Ici les hommes sont soit des traîtres soit des idiots. Le seul bienveillant d’entre eux a le bras dans le plâtre et ne peut être d’une grande aide aux deux novices. Face aux dangers les espionnes en herbe ne transforment pas leur féminité en arme, mais comme les hommes dans les films d’espionnage classiques, elles font usage de leurs méninges et aptitudes physiques. Leurs tromperies ne passent pas par la coucherie et, mise à part leur maquillage qui reste intact tout le long du film, leurs vêtements sont crasseux, leurs cheveux en vrac, bref elles cassent l’image de la James Bond Girl impeccable en toute circonstance.

Mélangeant humour et « vraie » action, L’Espion qui m’a larguée est une réponse très réussie à l’Agent 007 (l’Espion qui m’aimait !) et s’aligne brillamment dans la lignée des comédies américaines de Paul Feig.

S.D.

Publié le 06/08/2018

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.