Jeunesse aux coeurs ardents

146 minutes
|
Couleur
Affiche du film Jeunesse aux coeurs ardents Brillant dans ses études, David, 20 ans, est destiné à une belle carrière. Mais sa vie toute tracée ne lui convient pas. Avec ses amis, désabusés, il se livre, masqué, à des braquages. Un jour, à un distributeur, la bande s'attaque à un vieil homme qui refuse de baisser les yeux quand une arme est pointée sur lui. Intrigué par son courage, David le retrouve dans le métro et engage la conversation. Henri, dit le «Capitaine», âgé de 90 ans, est un ancien de la Légion étrangère qui a participé à la guerre d’Algérie. Il veut qu'on se souvienne de ses camarades morts au combat. David est fasciné par son discours et se rapproche du vieil homme...

Date de sortie

14/03/2018

Genre

Nationalité

France

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

   Sans l’aide d’aucune subvention, mais grâce à son désir insatiable de réaliser des films coûte que coûte, Cheyenne-Marie Carron enchaîne les longs-métrages aux sujets polémiques, de la religion au patriotisme. La thématique de Jeunesse aux cœurs ardents à elle seule fera sans doute fuir bien des spectateurs, à tort. En plus d’avoir l’audace de réaliser des films complètement à contre-courant de l'opinion commune en vigueur au sein du public cinéphile (ce qui suffirait en soi à être loué), elle le fait avec talent. Sa maîtrise technique lui permet de baigner ses plans d’une lumière de toute beauté, tandis que sa juste mesure lui fait signer un film partisan, parfois même fervent, où elle ménage toutefois une place honnête à la contradiction. Prolongeant la réflexion entamée dans ses films précédents sur les voies qu’empruntent les jeunes d’aujourd’hui pour connaître l’aventure tout en donnant du sens à leur vie à l’heure où ont dépéri le service militaire et les Brigades internationales, Cheyenne-Marie Carron décrit très bien l’idéalisme mêlé à l’énergie de la fleur de l’âge qui touche les jeunesses de tous les pays et de toutes les époques. Sans devenir patriote, on ne peut que trouver beaucoup d’élégance à ce portrait lui-même respectueux des opinions qui ne sont pas les siennes.

F.L.

Publié le 13/03/2018

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.