Razzia

2016
|
119 minutes
|
Couleur
Affiche du film Razzia A Casablanca, Salima fume des cigarettes, veut travailler, porte des jupes courtes au grand dam de son mari qui contrôle ses faits et gestes. Hakim, jeune garçon des quartiers populaires, se réfugie parfois, lui aussi, sur le toit de son immeuble : un havre où il écoute Freddie Mercury, le chanteur de Queen, l’inspirateur d'un look qui fait honte à son père. Au coeur des quartiers bourgeois, l’adolescente Inès étouffe dans son ghetto de riches, qu’elle quitte seulement pour aller au lycée français, conduite par un chauffeur. Dans le centre-ville, Joe, parce qu'il est juif, sent désormais les comportements se crisper...

Réalisateur

Date de sortie

14/03/2018

Genre

Nationalité

France - Belgique - Maroc

Distribution

Classification

Tous publics

Acteurs

Rôle : Salima
Rôle : Abdallah

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

   Nabil Ayouch a connu bien malgré lui une promotion sans précédent suite à l’agression dont a été victime l’actrice principale de son précédent film, Much loved, censuré lors de sa sortie marocaine. Pas effarouché par ceux qui l’attendent au tournant, le réalisateur, natif de Sarcelles mais tombé en amour à 30 ans pour Casablanca, continue dans son nouvel opus à traiter des sujets qui fâchent le plus dans un Maroc qui a du mal à sortir de l’obscurantisme dans lequel des années de politique repressive l’ont plongé.

   « Qu’importe la langue si vous leur ôtez la voix. Qu’importe la foi si vous leur ôtez les rêves », inscrit-il donc dans la poétique exergue de Razzia, où se croisent les destins d’un instituteur de province abandonnant son poste lors de l’arabisation forcée de l’enseignement (Amine Ennaji), d’une femme libre attendant un heureux événement (l’épouse du réalisateur, réellement enceinte, Maryam Touzani), d’un restaurateur juif souffrant de l’antisémitisme ambiant (pénétré Arieh Worthalter), d’une adolescente bourgeoise étudiant dans un lycée français (impressionnante Dounia Binebine) et d’un jeune chanteur idolâtrant Freddie Mercury (Abdelilah Rachid).

   En filmant la période d’arabisation à marche forcée de l’enseignement public marocain au début des années 80, dans les quatre coins d’un pays aux multiples cultures et idiomes afférents, puis en nous plongeant en 2015 à la rencontre de la jeunesse et de la société produites par ce système éducatif, Nabil Ayouch propose de lire le devenir d’un pays où l’on cogne plus qu’on ne poétise au prisme de l’ouverture d’esprit que son école permet. Ce propos, qui concerne à tout moment toute nation, dont la sortie de l’obscurantisme n’est jamais définitivement acquise, devrait malheureusement donner du grain à moudre au spectateur français puisqu’on assiste dans l’Hexagone depuis plusieurs années à la sape des conditions de développement de l’esprit critique au sein du système universitaire (comme le recense avec précision le chercheur Yves Dupont dans son alarmant L’université en miettes).

   Interrogeant à cette aune la place des femmes dans la société marocaine, le cinéaste montre aussi bien celles pour qui porter une robe est déjà un acte de rébellion que celles qui manifestent pour contester une réforme de l’héritage en leur faveur. Il ausculte ainsi les déchirements d’une société dont le gouvernement central a essayé de gommer artificiellement le multiculturalisme millénaire. C’est là qu’intervient la musique de Freddie Mercury, chère au réalisateur qui lui doit une épiphanie adolescente : « Le jour où on comprend comme moi, après avoir porté avec difficulté le fait de n’appartenir à aucun clan, que l’on est pas obligé d’avoir une seule identité mais qu’on peut vivre avec plusieurs, on se sent déjà beaucoup mieux ». Un poignant appel à résister à la haine interculturelle à travers les divers quartiers de Casablanca, dont la richesse réside précisément dans ses mille et une facettes.

F.L.

Publié le 26/02/2018

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.