Dora ou les névroses sexuelles de nos parents

Dora oder Die sexuellen Neurosen unserer Eltern

|
2015
|
92 minutes
|
Couleur
Affiche du film Dora ou les névroses sexuelles de nos parents Dora a 18 ans. Désormais adulte, cette jeune handicapée mentale commence à s'épanouir. Elle se lance à la découverte du monde et de son corps. Alors que sa mère Kristin décide de ne plus lui administrer de médicaments, Dora rencontre un jour dans la rue un homme qui lui plaît tout particulièrement. La jeune femme a bientôt une relation sexuelle avec cet homme ambigu. Malgré les protestations de ses parents, elle continue à le fréquenter et à partager avec lui des moments de sensualité débridée. Tandis que sa mère essaie désespérément d'avoir un deuxième enfant, Dora tombe enceinte...

Réalisateur

Date de sortie

07/06/2017

Genre

Nationalité

Allemagne - Suisse

Distribution

Classification

Tous publics

Acteurs

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Dora (époustouflante Victoria Schulz), jeune handicapée mentale, est encouragée à l’autonomie par une mère dévouée (Jenny Schily) qui fait tout pour que sa fille puisse avoir la même vie que les autres. Elevée dans cette idée, à partir du jour où elle surprend ses parents en train de folâtrer, la jeune fille n’a plus qu’une seule envie : connaître elle aussi les joies de l’amour physique. En faisant du charme à un homme croisé sur son lieu de travail qui se révèle être un libertin particulièrement ouvert d’esprit (Lars Eidinger), elle le transforme en amant et tombe bientôt enceinte. Sa mère, qui essayait vainement d’avoir un deuxième enfant, doit alors affronter, et les démons de la jalousie, et un lourd dilemme moral. A quel point est-ce humaniste de laisser une personne incapable d’appréhender les conséquences de ses actes faire ses propres choix ? Où finit la protection de la personne et où commence l’eugénisme ?

A partir de ce scénario osé, la réalisatrice suisse souhaitait sortir du placard le dernier tabou de nos sociétés libérales concernant les droits des personnes handicapées : la procréation. Pari réussi : en nous attachant à une héroïne handicapée qui mène sa grossesse à terme, elle suscite des sentiments ambivalents qui poussent le spectateur à s’interroger sur ces questions bioéthiques complexes. L’empathie que l’on ressent pour Dora tient autant au talent de l’actrice principale, Victoria Schulz, dont la composition est bluffante qu’au travail qu’accomplit la réalisatrice pour filmer la réalité telle que la perçoit une jeune fille ayant un rapport au monde beaucoup plus sensuel qu’intellectuel. Ainsi, en laissant la caméra se focaliser sur les détails qui retiennent l’attention de Dora, donc sur ce qui est coloré, qui sent bon et qui semble agréable au toucher, plutôt que par ce qui est désirable socialement, elle nous plonge dans un univers mental singulier tout en procurant à son film une identité visuelle forte.

F.L.

Publié le 01/06/2017

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.