Centaure

Centaur

|
89 minutes
|
Couleur
Affiche du film Centaure Projectionniste et ancien voleur de chevaux dans un bidonville de la capitale du Kirghizistan, Centaure vit entouré de sa femme sourde-muette et de son jeune fils qui refuse de parler. Il croit que le peuple kirghize descend de Centaures, ces créatures mythiques mi-homme mi-cheval, et que les chevaux sont, comme il le dit, «les ailes de l’humanité». La famille mène une vie simple, qui pourtant semble être lentement empoisonnée par la jalousie et les intrigues. Parce que Centaure n'est pas très pieux, il est accusé d'adultère. Il est un jour mis au défi de voler le plus célèbre des chevaux appartenant à une célébrité...

Date de sortie

31/01/2018

Genre

Nationalité

Kirghizstan

Distribution

Classification

Tous publics

Acteurs

Rôle : Centaure
Rôle : Sharapat
Rôle : Karabay

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

   Régulièrement, dans un village kirghize, un cheval disparaît au crépuscule pour n’être retrouvé que quelques jours plus tard. Considérant que le préjudice subi est dérisoire, aucun des villageois n’a jamais songé à porter plainte. Une nuit, pourtant, l’atypique voleur (Aktan Arym Kubat) « emprunte » l’étalon de la mauvaise personne : un frustré vindicatif dépourvu de capacité de distanciation, dont le seul plaisir est de jouir de la « justice » (lisez « souffrance ») faite à autrui. Cet personnage détestable dans la diégèse est passionnant dans la réflexion, tant il nous permet de nous interroger sur la place du ressentiment dans la religion. Pour justifier (à ses propres yeux) ses actes, notre justicier se réfère en effet à la confession musulmane et s’entoure d’une clique de vrais bigots, faux dévots. Cette flagrante tartuferie met en valeur par contraste la spiritualité sincère de notre voleur de chevaux qui, s’il élude les prosternations, a de hautes conceptions de justice et de liberté chevillées au corps qu’il met en pratique au quotidien.

   Sur la forme, Centaure varie prodigieusement les registres et en cumule ainsi les différents avantages. L’enquête des villageois pour débusquer le voleur de chevaux donne lieu à des scènes de film policier, celles de la vie quotidienne du protagoniste se rapprochent du documentaire sur la culture kirghize, tandis que les séquences nostalgiques autour du vieux cinématographe ou des chevaux volés font vibrer notre fibre romantique. Si le cinéaste kirghize interroge son pays au prisme du combat qui s’y joue entre tradition et modernité, il le fait donc sans pesanteur, en réservant une grandiloquence justifiée pour quelques scènes-clés. Maniant aussi bien la dérision que l’émotion, Aktan Arym Kubat réussit à nous attacher au héros droit et libre qu’il incarne lui-même, au point de nous rendre empathique à tout ce qui lui arrive : nous alternons alors colère, joie ou désespoir au diapason de ce que vit notre Centaure respecté. Au final, son film se révèle une fable sur la liberté si habilement découpée et si poignante qu’elle pourrait bien vous faire pleurer.

F.L.

Publié le 22/01/2018

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.