Atlal

2016
|
111 minutes
|
Couleur
Affiche du film Atlal Les années 1990 pour l'Algérie, en proie au terrorisme, furent une décennie noire, au cours de laquelle plus de 200 000 personnes perdirent la vie. La bourgade d'Ouled Allal fut le théâtre, à l'automne 1997, d'une opération militaire de sinistre mémoire. Des images tournées en VHS permettent une exploration des ruines du passé dans le village. Le réalisateur part à la rencontre de différentes générations d'habitants : il interroge les souvenirs des plus anciens et les espoirs des plus jeunes, privés de perspective, sur la reconstruction de leur pays...

Réalisateur

Date de sortie

07/03/2018

Nationalité

France - Algérie

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Atlal (ruines en arabe) est un film saisissant. En 1996, dans le village de Oulled Allal, les combats ont été acharnés entre les islamistes et l’armée. Bilan, le village est détruit et les fantômes des souffrances passées peuplent toujours les ruines.

La force du réalisateur Djamel Kerkar est de nous proposer un voyage sans concession dans ce village où les habitants reviennent peu à peu. D’abord sans paroles, comme si la rencontre avec les habitants ne pouvait se faire qu’après une période de recueillement, le film devient de plus en plus prolixe en terme d’oralité lorsque les habitants se livrent à la caméra. On ne voit que des hommes, le plus souvent désabusés, amers, ou cyniques. Ils parlent de leur guerre, pas forcément la même, et des souffrances qu’ils endurent. Pourtant à côté des ruines, les maisons et immeubles sont en construction. Malgré cela, le village reste mort, car plus personne ne croit en son avenir. Quand les habitants en parlent, c’est forcement pour partir ailleurs. L’espoir n’existe plus à l’intérieur d’Oulled Allal, la guerre a créé une trop grande plaie. Les islamistes ont réussi à faire perdre aux habitants leur innocence et leur joie de vivre. La superbe séquence finale où l’on voit quelques-uns des jeunes discuter autour d’un feu et écouter de la musique est d’une beauté terrible. En effet le feu brûle au pied de la caserne autour de laquelle les soldats effectuent une ronde régulière. Comme si le temps s’était figé à Oulled Allal.

L.S.

Publié le 16/02/2018

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.